Hanitra Online press review

Revue de presse internationale

2 février 2017 – Kulturtipp Magazine – Suisse

4 Etoiles pour l’album Lasa dans le magazine nationale Suisse Kulturtip (842 000 lecteurs)

 

Hanitra

Lasa

(Arc Music 2017)

****

GERMAN

SINNLICH
von Frank von Niederhäusern, Redaktor kulturtipp

Die Musik Madagaskars mischt afrikanische Rhythmen mit indischen, arabischen und europäischen Einflüssen. Zu den international bekanntesten Musikerinnen zählt die seit den 70er-Jahren aktive Sängerin und Gitarristin Hanitra (54). Sie widmet ihr Album „Lasa“ starken Frauen. Zudem besingt Hanitra soziale und ökologische Probleme ihrer Heimatinsel, wobei die Musik stets beschwingt und von gehaltvoller Sinnesfreude bleibt.

ENGLISH

SENSUAL
by Frank von Niederhäusern, Redactor kulturtipp

The music of Madagascar mixes African rhythms with Indian, Arab and European influences. The singer and guitarist Hanitra (54), who has been active since the 1970s, is one of the most internationally renowned musicians. She dedicates her album “Lasa” to strong women. In addition, Hanitra sings about social and ecological problems of her home island, whereby the music is always lively and meaningful and pleasurable to listen to.

https://www.kultur-tipp.ch

 

27 janvier 2017 – Le Devoir de Montreal

Chronique de l’album Lasa dans Le journal de référence du Québec (446 000 lecteurs)

Songs from Madagascar- Lasa, Hanitra

par Yves Bernard

 

Si l’intitulé s’écrit sans « h », ce disque est bel et bien un hommage à Lhasa de la part d’une artiste humainement engagée comme l’était notre regrettée créatrice. Hanitriniaina Ranaivo, dite Hanitra, lui offre sa pièce-titre en malgache, en lenteur et en respirant avec la voix qui monte vers le ciel, en rappelant instinctivement la vastitude de l’oeuvre de l’ex-Montréalaise. Mais la chanteuse-guitariste de Fianarantsoa à Madagascar aborde souvent des thèmes précis et parfois interdits tels la déforestation, les femmes maltraitées, l’amour lesbien ou la rébellion des femmes au foyer. Elle offre aussi des chansons d’amour, d’une mère à sa fille ou d’un être humain à la nature. Le chant est d’une grande sensibilité et souvent ponctué de délicieuses harmonies vocales sur un folk ou une afro-pop ouverts à des climats intemporels et à des rythmiques malgaches chaloupées ou plus rapides. Si la musique n’étonne pas, on en retient la beauté.

http://www.ledevoir.com

 

13 janvier 2017 – Elsewhere Magazine – Graham Reid – Nouvelle-Zélande

Chronique de l’album Lasa

Hanitra: Lasa, Songs From Madagascar (ARC Music)

 

Let’s just go out a very thin branch now and say this: If Hanitra Ranaivo sang in English she might just be one of those Next Big Thing artists at the intersection of folk, pop and world music.

From the highland city of Fianarantsoa in Madagascar – the cultural centre of the island – she melds tradition with contemporary issues (deforestation, the political relationship between her homeland and nearby Reunion where she has also lived, same sex relationships, spousal abuse) and the album is dedicated to women.

She sings in the local Malagasy language (only Miroir is in French) but her voice – which glides over and between the backings of electric and acoustic guitars, bass, drums, the Afghanistan stringed instrument rubab, sitar and percussion – carries the listener by virtue of its purity, passion and clarity.

She also reveals a strident power when required (Mivalvo about the rapacious destruction of Madagascar’s forests) but its when she sings more intimately (Myriam about the “forbidden” love) that this is at its most affecting.

Not everything here works – the title track becomes highly repetitive, a tendency she also has on Emancipation – but when she bounces off the springheel African rhythms or the gentle folk-rock settings you feel you are in the presence of a mature and thoughtful musician in command of her art.

Now in her 50s, she has a small catalogue of albums behind her, has performed at festivals in Europe, Australia and India, and is now on the creditable ARC Music label out of LOndon which should ensure her greater exposure.

She deserves it on the many strengths of Lasa which is at that interesting intersection of styles.

http://www.elsewhere.co.nz/

 

6 janvier 2017- Monolith Cocktail, Royaume-uni

Chronique de l’album Lasa par l’un des plus populaire blog musical du Royaume-unis

Hanitra   ‘Lasa’

Released  by  ARC  Music,  6th  January  2017

 

 

An unofficial cultural ambassador for her homeland of Madagascar, the sagacious and much-celebrated talented songstress Hanitra sheds light on both the personal and environmental plights of the unique Indian Ocean Island and the universal suffrage of women in the wider world on her latest album Lasa.

For many, Madagascar continues to be an enigma: Famous unfortunately as the title of a DreamWorks animation franchise, but apart from its reputation as a colourful menagerie for all kinds of exotic wildlife and fauna, it remains a mystery to many. Musically speaking it has attracted a host of composers and musicians, including the recently revived French ethno jazz maestro Jef Gilson with his Et Malagasy masterpiece.

 

Almost as an anthropological experiment and survey Madagascar’s isolation and history has fascinated many. Lying off the southeastern coast of Africa, it’s strategic position has made it a popular port-of-call for traders and explorers, though many literally bumped into it unaware it existed. Despite a litany of famed travellers, from the Arabs to Marco Polo, recording its discovery over the centuries, it would be France that colonized it. However, whether warranted or not, conquerors and traders alike left traces, resulting in a cross-pollination of influences including music. On Lasa you can hear this legacy well with elements of jazz, the Balearics, Arabia and even the reverberations of an old Afghanistan – resonating from the evocative sound of that country’s lute-like rubab instrument; used to plaintive dreamy effect throughout on this album – entwined with a distinct foundation of Madagascar folk and gentle African rhythms. But it’s the award-winning siren’s vocals, flexing with élan, which encompass this imbued richness. Inherently timeless, fluidly moving between cooing, almost lullaby, and effortless soaring tension, Hanitra’s voice subtly matches the themes of her album without showboating. The double-meaning title song for instance, translated from the Malagasy dialect as to “go past”, is an elegy of a sort to the French-Canadian singer Lhasa de Sela, who passed away in 2010 from breast cancer. Yet this touching tribute to a singer is far from sentimental; its Middle Eastern permutations and tenderness sweet and reflective rather than downcast and lamentable.

 

Soothingly in an array of colourful hues and tones, Hanitra addresses the themes of maltreatment, meted out both physically and psychologically towards women, on Eka and Avia, deforestation, in particular the devastating environmental costs of cutting down and selling Madagascar’s rosewood, on Mivalo, and another of those tributes, this time to the Vezo fishermens wives on the Island’s southeastern coastlines, eking out a hard living, on the oceanic motion Ampela. There’s celebration, paeans even, with the relaxed, lilting defense of same-sex marriage on Myriam and an invitation to dance in joyful abandon on Lalao. Whatever the emotion, Hanitra articulates her concerns and protestations with a soulful sincerity.

 

Lasa’s extended title is “from the heart of Madagascar”, and this is very true, yet the Island’s melting pot of musical influences and Hanitra’s own global travels mean this album is in fact universal.

https://monolithcocktail.com

 

9 Janvier 2017 –  Journal de l’le de la Réunion – France

Chronique de l’album Lasa

 

La “Lasa” d’Hanitra par Marine Dusigne 

MUSIQUE. Nouvel album en vue ce mois-ci pour l’icône de la chanson malgache qu’est devenue l’ex-chanteuse du groupe Lolo Sy Ny Tariny, Il s’appelle “Lasa”.

Voilà un titre qui laisse flotter dans les mémoires le souvenir de bien jolies mélodies livrées il y a quelques années par la chanteuse De Sela, plus connue sous le nom de Lhasa. Et c’est bien à elle qu’a pensé la chanteuse malgache Hanitra en créant son troisième album intitulé “Lasa”.

Un hommage aux femmes en général et à l’interprète de La Llorona, en particulier. Enregistré en live par le fameux ingénieur du son Rodolphe Gervais  qui a notamment travaillé  trois années pour Ray Charles en tournées européennes,  enregistré de grands musiciens français comme André Ceccarelli, Marc Chantreau, Michel Portal…, des musiques de documentaires et de films tels que “Human Nature” de Michel Gondry., tout en  continuant  d’enregistrer des groupes de tous styles, du jazz au rock, et de collaborer avec des artistes comme Anthony Kavanagh, Jean-Marie Bigard, Jean-Felix Lalanne, Idir, Guizmo du groupe Tryo…et de mixer certains de projets comme la serie ‘Braquo’ ou encore “No Limit”, le film “Les Lyonnais” etc.

Un bon, comme le producteur attitré d’Hanitra, Jean-Marc Bontemps, qui épaule et suit de près cette chanteuse à la world raffinée et accrocheuse naviguant entre folk à fleur de peau et autre morceau bien rythmés.”Avia”, “Eka”, “Lasa”, “Lalao”,”Ampela”, “Emancipation”, “Miroir”, “Maloy aho”, “Mivalo ,”Myriam” et”Leave” sont les fleurons  de cette galette,  déjà plébiscités lors des dernier Womex, Glitterbeat, Real World et autre  ARC Music de la planète festivalière, et attendus dans une cinquantaine de pays.

Avec, à notre humble avis une vraie jubilation à l’écoute  du titre éponyme “Lasa”, de toute beauté.  Et aussi une “Emancipation “magnifique et un “Maloy Aho’  qui fait chaud au coeur…

A suivre !

http://www.clicanoo.re

 

9 janvier 2017 – World Music Central – Online magazine – Durham – USA
Chronique de l’album Lasa

 

Hanitra – Songs from Madagascar – Lasa

(ARC Music EUCD2688, 2017)

Arthur Shuey

A frequent complaint from listeners about world music releases is that they are too various. Artists from musical rivulets outside the mainstream seem to feel like representatives of their beloved homelands’ entire musical tradition, and try to share it all in one CD release.

It is a natural impulse, akin to the “First Release Syndrome” reviewers often sense even in mainstream pop. It is, however, rarely possible for an artist to successfully pack forty pounds of ethnomusicology into a two-pound bag. Hanitra, on ARC’s new offering, “Songs from Madagascar – Lasa,” is an exception.

Song topics on this disc range, as liner notes announce, from “deforestation … to same-sex love, maltreatment of wives and a rebellion of housewives,” yet has continuity and impact as a package.

Hanitra has an ideally broad background as an individual and in educational background, and is a perfect representative of Madagascar’s various physical and cultural concerns. The tracks are as much songlines as songs, providing listeners maps of her country and her heart. Elegantly simple in instrumentation, the songs are beautifully layered and sophisticated in presentation, thanks both to the backing combo and the engineers. “Lasa” is a tribute to Hanitra, her recording team and her label.

http://worldmusiccentral.org/

 

10 Octobre 2016 – RFI Musiques – Bertrand  Lavaine – France 

 

Pour ses compatriotes malgaches, Hanitra reste d’abord celle qui fut la voix féminine du groupe folk Lolo sy ny Tariny. Mais la chanteuse qui a construit sa carrière solo loin de son pays s’attache à proposer une vision de la musique de chez elle, moins insulaire parce que davantage au contact des autres cultures. À l’image du concert qu’elle donne en cette fin du mois d’octobre à Paris avec le groupe jazz world Akpé Motion.

Quand elle est revenue vivre dans l’océan Indien en 2005 après avoir passé plus de deux décennies en France métropolitaine, Hanitra a posé ses bagages à La Réunion, à 700 kilomètres à l’est de sa terre natale, Madagascar. Si sa démarche était initialement guidée par “la nostalgie”, le contexte politico-économique particulièrement agité de la Grande Île lui a fait préférer le département français voisin, plus sécurisant pour la chanteuse, également mère de famille.

C’est là qu’elle a découvert en avril 2014 le groupe Akpé Motion, de passage pour un concert, et aussitôt noué contact avec ce quartet jazz-world basé dans le sud de la France, séduite par le jeu du batteur. Lequel a pris part à l’enregistrement de Lasa, l’album que la Malgache a sorti l’an dernier et qu’elle a dédié “à toutes ces artistes au féminin qui pourraient passer dans l’oubli”, avec une pensée particulière pour la chanteuse américano-mexicaine Lhasa de Sela, disparue en 2010. “Dès les premiers mots, rien qu’avec sa voix et une guitare, elle me captive, m’ensorcèle”, justifie Hanitra.

Elle aussi doit beaucoup à sa voix, qu’elle a commencé à faire connaitre auprès de ses compatriotes à la fin des années 70, en intégrant les rangs de Lolo sy ny Tariny, l’une des formations phares du courant folk malgache très populaire jusqu’à aujourd’hui sur les hauts plateaux de l’hinterland.

Seul élément féminin aux côtés de huit garçons, la jeune femme est du voyage, en 1980, quand le groupe part tenter sa chance en France, grâce à un coup de pouce au Néo-Zélandais Graeme Allwright (à qui on doit les adaptations en français de nombreuses chansons de Leonard Cohen et Bob Dylan). Un 33 tours et des concerts en Europe vont permettre à la troupe de s’installer sur le Vieux Continent. Le temps est aussi, pour certains, aux études : ce sera physique-chimie pour Hanitra.

Devenue enseignante, elle ne commence à envisager une carrière en son nom qu’au début des années 90. “Tant que j’étais dans le groupe, j’étais incapable d’écrire et composer pour moi”, explique-t-elle. L’écoute de la Brésilienne Maria Bethânia réveille en elle de nouvelles aspirations : “C’est elle qui m’a donné envie de chanter en solo, de quitter la polyphonie du groupe auquel j’appartenais. Et de prendre tous les horizons musicaux que j’aime pour les mélanger, en tirer autre chose.”

Dans ce romavaza artistique qu’elle a cuisiné patiemment, celle qui a été élevée aux Beatles et soutient ardemment les jeunes rockeurs malgaches de Dizzy Brains a mis des influences qui vont de Crosby, Stills & Nash aux rythmes très africains présents dans le Sud de Madagascar. Cette démarche personnelle aboutit en 1998 à Omeko Anao, son premier album, suivi en 2010 par Any Aminay puis Lasa, cinq ans plus tard.

Si elle s’interdit avec prudence de “faire de la politique” et d’avoir un discours trop dénonciateur vis-à-vis de ce qui se passe sur son île natale, Hanitra a trouvé par quel biais pouvoir y agir concrètement. Quand elle y retourne, c’est aussi désormais pour aller voir sa “deuxième famille”, en tant que marraine d’Aïna Enfance et Avenir. Elle a rejoint les rangs de l’association humanitaire réunionnaise, qui se dit “fournisseuse d’avenir aux enfants de Madagascar depuis 2005” à travers différents programmes d’aide sur le long terme à destination des plus démunis.

La cause lui tient à cœur. “Je me bats pour que le projet perdure” insiste-telle, tout en ajoutant aussitôt qu’elle n’a “peut-être pas la carrure des autres parrains”, allusion notamment au chanteur français Laurent Voulzy – venu l’an dernier à Antananarivo avec son complice Alain Souchon pour donner un concert caritatif auquel Hanitra a bien sûr participé. “C’est une petite goutte d’eau par rapport à toute la misère de Madagascar, mais si on peut donner leur chance à quelques enfants, c’est déjà ça.” Et c’est déjà beaucoup.

http://musique.rfi.fr/musique-monde/

 

27 septembre – L’express de Madagascar – Andry Patrick Rakotondrazaka

 

Hanitra Ranaivo rend hommage à Lhasa de Sela

Une carrière productive à l’international pour Hanitra Ranaivo avec la sortie de son nouvel album « Lasa », le mois prochain. Hanitra Ranaivo continue à illustrer ce folk contemporain qui fait sa renommée.

Une grande figure de la scène musicale malgache qui a su se forger une notoriété ainsi qu’une place de choix sur la scène internationale depuis des années. Hanitra Ranaivo que la majorité du public connaît à travers sa collaboration avec le groupe Lolo sy ny Tariny, l’une des formations musicales les plus populaires de la Grande île du début des années 80, continue son épopée sur la scène culturelle francophone.

Celle que le public affectionne particulièrement pour la douceur et la tendresse de sa voix, notamment avec sa chanson « Omeko anao », ne cesse de faire valoir son talent en affichant fièrement son attachement à son pays natal.

Après son premier album solo, « The New Voice of Madagascar », au début des années 2000 et quelques compilations collectives avec des artistes internationaux de renom entre temps, son second album « Any aminay» est sorti en 2010. Hanitra Ranaivo revient avec « Lasa», un troisième album rythmé et poétique, en hommage aux femmes et particulièrement à la chanteuse américano-mexicaine Lhasa De Sela.

« Loin de faire uniquement une apologie du passé comme peut le laisser supposer l’intitulé de l’album, avec Lasa, je continue à affirmer mon identité culturelle et musicale avec laquelle je représente fièrement mon pays, tout en honorant cette chanteuse que j’admire en particulier », souligne Hanitra Ranaivo.

Artiste internationale

À travers ses compositions, avec « Lasa », elle se plait surtout à retranscrire une vivacité grandissante, propre au folklore malgache. Le tout par le biais de cette musicalité qui s’est découverte, tel un « World music » raffiné et accrocheur, naviguant entre folk à fleur de peau et morceau plus jovial. Dans le cadre de la sortie internationale de son nouvel album, la chanteuse, musicienne et compositrice qu’est Hanitra Ranaivo présentera un concert promotionnel à l’auditorium du Pan Piper à Paris, ce 21 octobre. À l’occasion, l’artiste sera entourée des musiciens avec qui elle a beaucoup partagé et peaufiné son album. Il s’agit de Jean Marc Bontemps à la guitare, Pascal Bouterin à la batterie et aux percussions ainsi que Mikael Seznec à la basse satar et rubab.

Lhasa De Sela qui s’est éteinte en 2010 chantait d’une voix grave et profonde, autant en français qu’en anglais et en espagnol. Sa musique resplendissait le folk américain, le soul et le rock. Une personnalité musicale que Hanitra Ranaivo a su adapter à la sienne dans cet album, notamment avec « Avia », « Ampela », « Mirroir», « Leave», « Maloy aho » et « Mivalo » qui sont intégralement en malgache.

La dernière prestation de Hanitra Ranaivo à Madagascar remonte à octobre 2015 aux côtés des chanteurs Alain Souchon, Laurent Voulzy et Davy Sicard, dans le cadre d’une levée de fonds pour l’association réunionnaise Aina Enfance et Avenir dont elle est la marraine, au Centre de conférence international à Ivato. Au-delà de ce concert de promotion, la version physique de l’album « Lasa » sera disponible dans une cinquantaine de pays, et sur l’ensemble des plateformes numériques, dans les semaines à venir.

http://www.lexpressmada.com/